• Visites des catacombes de Paris

  • Petit parcours visite à Paris

Le réservoir de Montsouris Paris

Le réservoir de Montsouris Paris

Suite à l’urbanisation et à l’industrialisation, les eaux de la Seine devenaient impropres à la consommation, malgré la construction du réseau d’égouts par Haussmann et Belgrand. De plus, la population ne cessant de croître, les besoins en eau augmentaient.

L’empereur Napoléon III écouta donc le conseil de l’ingénieur Eugène Belgrand, devenu directeur du service des eaux, d’aller chercher l’eau hors de Paris.

La construction

Elle débuta en 1868 et s’acheva en 1878. Pour éviter que l’eau de la Vanne ne subisse les agressions extérieures, Belgrand décida de faire construire un aqueduc dans la région de Sens, l’aqueduc de la Vanne. Celui-ci passe aussi par l’aqueduc Médicis, construit en 1610, ainsi que celui d’Arcueil qui datait de l’époque romaine et qui fut réhabilité à l’occasion des travaux.

A 150 kilomètres de Paris les eaux de la Vanne, du Loing et du Lunain s’unissent pour franchir cet aqueduc jusqu’à Paris.

Le réservoir de Montsouris

Derrière un mur d’enceinte en pierre meulière, décoré de deux charmants pavillons en verre et métal, à l’architecture typique du 19ème siècle, il est construit sous une butte de gazon afin de conserver l’humidité et la fraîcheur de l’eau. Situé sur un des points les plus hauts du sud de Paris, il fut bâti sur des carrières ce qui donna lieu à un des plus grands chantiers de confortation souterraine. 1800 piliers furent construits en forme d’arches pour pouvoir le soutenir. 4 compartiments fonctionnent de manière autonome pour éviter qu’un incident technique ne prive la ville d’eau.

Le réservoir aujourd’hui

Lorsqu’il fut terminé, il était le plus grand réservoir du monde. Le premier quartier à bénéficier de ses eaux fut celui des Champs Elysées. Aujourd’hui, il ne peut plus être visité parce que considéré comme lieu sensible. Il est l’un des cinq réservoirs les plus importants et approvisionne 20% de la population parisienne.

Laisser un commentaire