• Visites des catacombes de Paris

  • Petit parcours visite à Paris

La légende du ferronnier Biscornet et des portes du diable

La légende du ferronnier Biscornet et des portes du diable

Biscornet était un jeune ferronnier très doué au 13è siècle dont le talent était tel que ses ferrures paraissaient moulées. Le jeune ferronnier Biscornet avait été chargé de la décoration des portes latérales de la cathédrale Notre Dame de Paris. Il devait orner les pentures (panneau de fer boulonnés aux ventaux qui possède un nœud qui entre dans un gond et permet ainsi au portail de s’ouvrir).

La légende

Biscornet, malgré son génie, fût effrayé et paniqua devant l’importance de la tâche qui lui incombait. Il n’avançait pas dans son travail et craignait pour sa réputation. C’est alors que le Diable en personne se présenta à lui en lui proposant un pacte : Il l’aiderait à réaliser sa mission.

Mais, en échange, le Malin prendrait possession de son âme. Le ferronnier hésita mais son ambition démesurée lui fit accepter le contrat. Alors, qu’il travaillait, il s’endormit. Lorsqu’il se réveilla, les pentures étaient achevées et étaient tout simplement extraordinaires de finesse et de beauté.

Cependant, alors que Biscornet était fier le jour de l’inauguration, les portes ne s’ouvrirent pas. Le seul moyen pour pouvoir les actionner, fut de les badigeonner d’eau bénite et elles s’ouvrirent.

Pourquoi ce mythe a-t-il vu le jour ?

En 1843, quand Eugène Viollet-Le-Duc entreprit la restauration de Notre Dame de Paris, il fut lui-même étonné de la splendeur de la réalisation de Biscornet. Le fait est que depuis, on sait comment réaliser ce type d’ouvrage et quelles sont les difficultés que cela représente. Il est très difficile de réaliser, même de nos jours avec nos techniques et nos connaissances modernes, un chef-d’œuvre aussi remarquable.

On peut comprendre alors l’étonnement et la surprise que les ferrures de Biscornet ont pu provoqués à une époque comme celle du 13è siècle où la ferveur religieuse était omniprésente. Elle a été associée à l’intervention du Diable car cela paraissait inconcevable qu’elle ait été le résultat du travail d’un simple humain. On peut se demander pourquoi, en ces temps de grande croyance religieuse, les pentures ont été conservées.

Laisser un commentaire