• Visites des catacombes de Paris

  • Petit parcours visite à Paris

La légende du Barbier et du pâtissier sanguinaires

La légende du Barbier et du pâtissier sanguinaires

On raconte qu’en 1834, en plein coeur de l’Île de la Cité, un pâtissier et un barbier s’adonnèrent à un commerce aussi lucratif que macabre.

Un rituel sanguinaire.

Le barbier se chargeait d’égorger et de dépecer ses victimes malchanceuses. Il adressait ensuite les restes à son voisin le pâtissier par une trappe qui débouchait directement dans sa cave. Ce dernier confectionnait des pâtés en croûte à base de chair humaine.

Ces spécialités connurent un énorme succès auprès des parisiens trompés et abusés. On dit aussi que le roi Charles VI lui-même en était très friand. Ce fructueux commerce renforça la détermination des deux diaboliques compères.

La découverte de la maison de l’horreur.

En 1387, le chien d’une de leurs victimes alerta par ses aboiements la maréchaussée et le voisinage de la terrible boutique du pâtissier. On découvrit dans la cave pestilentielle les outils qui servirent à démembrer les corps humains.

Les deux hommes connurent alors un châtiment à la hauteur de leurs crimes, en brûlant vifs dans des cages de fer. Longtemps, le cruel pâtissier endossa le rôle du père Fouettard dans les histoires des parents pour faire peur aux enfants.

Les vestiges du crime.

Rue-des-marmousets

Rue des Marmousets

L’emplacement de la boutique du pâtissier se trouve actuellement sur la rue Chanoinesse, anciennement rue des Marmousets. Il resterait une parcelle de pierre de cette ancienne boutique rasée après les faits, située dans le garage des gardiens de la paix motocyclistes.

Bien que cette histoire fut relayée par différents historiens, il n’existe aucun document officiel prouvant son authenticité.

Une légende source d’inspiration.

Cette histoire légendaire aurait inspiré l’autre célèbre légende londonienne, celle de Sweeny Tood, qui diffère peu de l’original. Le pâtissier y est remplacé par la maîtresse du barbier. Littérature, pièces de théâtre, comédies musicales exploitèrent le thème. Le cinéma en fit brillamment le récit dans la célèbre adaptation de Tim Burton.

Laisser un commentaire